C’est dans les paisibles eaux du Rhône à Loire-sur-Rhône que la Péniche Ourson a choisi de jeter l’ancre, non pas pour une pause paisible, mais pour subir une métamorphose enchanteresse. L’expression « jeter l’ancre » revêt ici une signification particulière, car elle englobe une opération de carénage sophistiquée, impliquant le retrait de la péniche hors de l’eau pour une rénovation complète de sa coque, ainsi qu’une évaluation minutieuse de son état.

Pour ces nobles vaisseaux, le carénage se révèle nécessaire tous les cinq ans pour les marins intrépides, et tous les dix ans pour ceux qui se sont établis en doux refuges flottants.

Station service fluviale de Loire-Sur-Rhône

Le jeudi 24 août, la Péniche Ourson a largué les amarres de son port temporaire pour naviguer en direction de ce chantier naval d’un genre unique, où elle serait choyée telle une célébrité dans un salon de beauté marin. Les éléments déchaînés conféraient à cette manœuvre une complexité rare, mais grâce à l’escorte vigilante d’un imposant navire de 120 mètres, la Péniche Ourson a finalement trouvé sa place sur la barge d’amarrage, s’élevant majestueusement hors de l’eau. L’excellence du capitaine du pétrolier, habile et maître des flots, a été l’étoile qui nous a guidés en toute sécurité vers cette nouvelle étape de l’aventure maritime.

Direction la station service fluviale…
Le BONOVA s’accouple à la péniche Ourson pour la remorquer

Une fois extraite de son élément aquatique, la coque s’est dévoilée, révélant un amalgame de moules et de débris accumulés au fil du temps. L’initial étonnement s’est mêlé au soulagement en constatant que la coque affichait un état satisfaisant, préfigurant ainsi le succès des opérations à venir.

Le jour suivant marqua le début de la grande purification de la coque, orchestrée par un Karcher projetant une pression colossale de 400 bars. Tel un rituel de purification, ce torrent d’eau a balayé les habitants indésirables de la péniche et a éclipsé la peinture vieillissante. L’objectif : préparer la coque à recevoir une nouvelle parure, une nouvelle peinture, qui la parera tel un habit de gala.

Chaque détail est minutieusement scruté et soigné, se préparant pour l’expert qui, nous l’espérons, apposera le sceau de navigabilité sur la péniche, lui donnant le feu vert pour poursuivre son aventure : le grand projet COEDADE Péniche Ourson.

Par la suite, viendra le moment d’écumer les vagues à la recherche d’un nouveau havre, quelque part au sud. Si jamais le vent vous guide à proximité de la Péniche Ourson, n’hésitez pas à accoster. Votre visite serait un honneur que nous accueillerions avec joie et chaleur !

3 commentaires

  1. C’est génial de nous faire découvrir le toilettage de la péniche Ourson !
    Tranquille pour les 5 ans à venir. Vive le COEDADE !

  2. Beau travail effectué dans la joie et la bonne humeur et le résultat sera a la hauteur. Bon courage et bon vent au projet « OURSON »!